• Post category:Actualités
Terre espace Montréal Météo

Printemps, été, automne, hiver. Tout au long de l'année, nous avons pour habitude naturelle de nous repérer et vivre au rythme des saisons. Oui mais cette temporalité n'est pas tout à fait la même entre nos modes de vie et la météorologie! Explications...

Quelques définitions astronomiques

À nos latitudes, nous comptons 4 saisons et elle se répartissent sur la position de la Terre par rapport au Soleil.

Quelques notions de bases pour comprendre ensuite comment nous répartissons les saisons.

  • Le Zénith correspond au moment où le soleil est à son point culminant par rapport à la Terre. Soit a exactement 90°C par rapport à l’horizon. Le Zénith n’est atteint qu’autour des tropiques (proches de l’Équateur). Il n’est jamais atteint à nos latitudes (c’est à dire au nord du Tropique du Cancer). En revanche, il est atteint deux fois (mars et septembre) dans les zones équatoriales. Lorsque le Soleil est au zénith, on appelle cette période “l’équinoxe”.
  • Quant au solstice, ce dernier correspond à l’inverse total. C’est à dire que le soleil est au point le plus incliné par rapport à la surface terreste.

Vous me voyez venir!

Les saisons astronomiques

Nous pouvons maintenant aborder les différentes saisons :

  • Le printemps astronomique se cale donc quand notre Soleil est exactement à son Zénith. Ce qui se produit une première fois aux alentours du 20 mars. La durée du jour et de la nuit sont alors pas mal équivalentes dans la plupart des régions du monde.
  • L’été astronomique va plutôt marquer le passage au solstice (d’été) lorsque le Soleil est totalement incliné. À ce moment, c’est l’hémisphère nord qui bénéficie d’une de jour la plus longue (et l’inverse pour l’hémisphère sud). L’inclinaison permet une plus grande répartition des rayons solaires. Cela se produit aux alentours du 20 juin.
  • L’automne astronomique va correspondre au deuxième moment où le soleil sera à son Zénith dans les zones équatoriales. Là aussi, la durée d’ensoleillement est équivalente dans la plupart des zones et on peut observer ceci vers le 20 septembre.
  • Enfin, l’hiver astronomique correspond au solstice (d’hiver) lorsque le Soleil est totalement incliné mais à nos latitudes, cela veut dire des durées de jour très courtes (car son inclinaison concerne l’hémisphère sud). Il se produit vers le 20 décembre.

Comme vous l’aurez constaté et pour résumer, c’est donc l’inclinaison du Soleil qui provoque nos différentes saisons. Aussi, la durée de jour et de nuit joue beaucoup sur les températures. De courtes nuits permettent de ne pas trop refroidir l’atmosphère tandis que l’inverse donnera raison à un refroidissement prononcé de notre masse d’air.

Les saisons météorologiques

C’est bien beau d’avoir toutes ces saisons mais qu’est-ce qui explique que la météorologie utilise une autre temporalité?

C’est assez simple, vous allez comprendre!

Et cela s’appelle le phénomène d’inertie.

Prenons l’exemple de l’hiver, chère saison dans laquelle nous sommes actuellement. Le 20 décembre correspond pour nous au début de la saison hivernale et durera jusqu’au 20 mars environ. Oui les températures moyennes minimales sont atteintes environ à la mi-janvier ce qui correspond exactement à la moitié des 3 mois que dure notre saison hivernale. L’atmosphère prend un certain temps pour se refroidir et, bien que l’on entre “astronomiquement” en hiver vers le 20 décembre, le processus de refroidissement commence déjà début décembre.

Il en est de même pour la saison estivale. Les températures moyennes maximales sont en général observées vers le 15 juillet ce qui veut dire que le processus de réchauffement concernant l’été commence au 1er juin. Le 15 juillet étant l’exact centre si l’on considère la période juin-août.

Voilà pourquoi ce sont les saisons météorologiques qui sont privilégiées en météo. Les moyennes statistiques de chaque saison se basent sur ces périodes qui sont beaucoup plus réalistes des variations de température.

Laisser un commentaire