• Post category:Actualités

Alors que le printemps a fait son arrivée le vendredi 20 mars à 22h50, la nature n'a pas tardé à reprendre ses droits en seulement l'espace de quelques jours. Le confinement des citoyens du monde apporte, malgré tout, certaines choses positives.

Forte baisse de la pollution atmosphérique

L’animation satellite de la Nasa présentée un peu plus bas dans cet article illustre parfaitement le phénomène positif engendré par les confinements importants qui se sont opérés en Chine ainsi qu’en Europe. En l’espace de quelques jours, on a pu observer que la pollution s’est drastiquement réduire. Particulièrement dans l’extrême nord de l’Italie ainsi que dans la région de Wuhan.

En effet, depuis de nombreux jours (plusieurs semaines en Chine), les citoyens du monde entier sont appelés à rester confinés chez eux. De ce fait, l’activité industrielle s’est réduite de façon très significative significative.

Des animaux présents en ville

Alors que l’humain de confine dans ses habitations, la nature, qui n’est à priori pas vecteur du virus, reprend ses droits dans plusieurs pays.

Il faut croire que le calme ambiant qui règne pousse les animaux “sauvages” à être beaucoup moins timides.

Ainsi, les cygnes ont repeuplé les canaux désertés de Venise. Les eaux deviennent également moins troubles.

On peut encore citer l’exemple des phacochères qui se baladent dans les rues d’Italie.

Un peu de philosophie...

L’humanité est dorénavant en pause pour une durée indéterminée. Mais le monde, lui, continue de tourner. Bien que ce virus représente une catastrophe économique pour l’ensemble des habitants de notre planète, ne serait-il pas peut-être temps d’envisager un changement dans nos modes de vies ?

Doit-on y voir un message derrière ce qu’il se passe ? Peut-on en tirer des conclusions ? L’espèce humaine est aussi fragile que les autres espèces. Nous représentons pour la planète mais, surtout, pour nous-mêmes.

À l’heure du confinement, il est peut-être temps de se poser les bonnes questions. Nous avons tout le temps de réfléchir. Quand la tempête sera passée, peut-être serait-il temps d’adopter de nouveaux fonctionnements, plus vertueux et plus respectueux pour l’ensemble des êtres vivants qui peuplent la Terre.

Je vous laisse donc avec un documentaire qui m’avait déjà à l’époque particulièrement questionné.

La conclusion de la vidéo ci-dessous est frappante de vérité.

 

 

L'être humain est la seule espèce à avoir développé la capacité de détruire son propre environnement sans avoir développé la sagesse de ne pas le faire. 

L'humain, si précoce, est encore immature. Capable du meilleur comme du pire... Parviendra t-il à l'âge de raison avant d'avoir brûlé sa propre maison ?

Cette question est tout sauf...insignifiante.

Laisser un commentaire