Mai 2019 pas de grande chaleur attendue Météo Montréal

Depuis le début de l'année, les températures sont clairement exécrables sur le Québec. En effet, depuis le mois d'octobre, nous avons été en grande majorité sous les normales de saison. Le mois de mai semble être parti pour adopter le même profil...

Hiver et printemps : Il a fait bien froid !

La situation semble se répéter mois après mois. Depuis le mois d’octobre, c’est du froid qui domine sur le Québec contrairement à la plupart des autres régions sur l’hémisphère Nord. Le Québec serait le grand oublié du réchauffement climatique.

La preuve en est ci-dessous avec un tableau représentant les températures moyennes relevées mois après mois et l’écart par rapport à la normale.

Excepté le mois de décembre qui est tout juste conforme, la tous les autres mois ont été en-dessous des valeurs saisonnières…

  • Température moyenne relevée
  • Écart par rapport à la normale
Température moyenne relevéeÉcart par rapport à la normale
Montréal
Montréal
Octobre6°C-2,5°C
Novembre-0,9°C-3°C
Décembre-5,4°C0°C
Janvier-10,5°C-0,8°C
Février-7,9°C-0,2°C
Mars-2,4°C-0,4°C
Avril5,4°C-1°C
Voir les relevés

Jusqu'à quand cette situation va perdurer ?

Comme je le mentionnais dans un précédent article, un blocage anticyclonique empêche le printemps de véritablement s’installer sur le Québec. Nous semblons vivre exactement la même chose pour le mois de mai. Résultat, les températures ne vont guère dépasser les 15-16°C. 

La semaine du 7 mai promet d’être frisquet avec une légère incursion vers la chaleur aux alentours du 10 mai. La seule prévue d’ailleurs pour ces 15 prochains jours. Encore une fois, tout ceci est du à un énorme anticyclone qui puise l’air frais au pôle Nord et le ramène jusqu’à chez nous.

Difficile d'atteindre les normales de saison pour un mois de mai.

Peut-on espérer de la chaleur pour fin mai ?

Pour l’instant, aucun modèle semble ne se prononcer à l’unisson. Certains entrevoient même cette situation de blocage jusqu’à début juin. Il semblerait que nous nous orientons vers des valeurs de saison dans le premier tiers du mois de juin mais tout ceci reste à confirmer. Quoiqu’il en soit, ne perdons pas espoir. Les températures augmentent bel et bien au fur et à mesure que nous nous approchons de l’été. Simplement, les périodes de douceurs ne durent pas forcément très longtemps. Ce printemps timide restera probablement dans nos mémoires pour longtemps.

Laisser un commentaire

Fermer le menu